Les armes d'auto défense, une sécurité d'abord psychologique ?

Les armes d'auto défense, une sécurité d'abord psychologique ?

Les limites d’utilisation des armes de self-défense 

 Les armes de défense anti-agression sont elles utiles et efficaces face à toutes les situations d’agressions violentes ou sont elles simplement un moyen de se rassurer ? 

On n’abordera pas ici les armes à feu dont les possibilités de détention sont extrêmement limitées en terme de légalité. 

Par contre dans l’utilisation elle même, des similarités sont établies avec la majeure partie des objets de self-défense. 

Leur objectif commun serait qu’ils permettent d’éviter ou de se sortir d’une agression.

Il y a bien longtemps qu’un des premiers hommes a ramassé un objet contondant et en a battu un autre à mort. Depuis lors, l'art de la légitime défense et l’innovation en matière d’armement se sont développés avec les humains. Au fil des siècles, les humains ont inventé des techniques et des méthodes pour perfectionner ces armes. Et à mesure que la société progressait, leur complexité requérait toujours plus d'apprentissage pour les manier correctement.

Un énorme changement a eu lieu dans les pays occidentaux avec l’arrêt progressif des guerres puis la judiciarisation générale de la société dont celle du port, du transport, de la détention et de l’utilisation de ces armes qui ont peu à peu entrainé la perte, puis la disparition de ces connaissances et surtout de sa pratique. 

Cette tendance est d’ailleurs totalement à l’arrêt aujourd'hui. 

De ce fait ces armes sont elles encore pertinentes aujourd'hui ? 

La quantité de ces armes en circulation reste tout bonnement colossale. Des centaines de milliers de personnes continuent à transporter «la bonne vieille» batte de baseball ou le manche de pioche et on trouve encore des couteaux de tous types dans les poches de centaines de milliers d’autres. 

Dans l’immense majorité des cas, ces objets seront utilisés pour bien d’autres activités ou seront détournés à des fins utilitaires autres que la défense. 

La plupart d’entre nous ne penseront même pas à s’en servir, soit parce que lors d’une agression ils n’en ont pas eu le temps soit parce que cela ne leur a simplement même pas traversé l’esprit.

Pourtant depuis quelques temps sur fond d’une dénonciation croissante de l’insécurité on voit se développer un argumentaire commercial qui consiste à vouloir placer une arme dans les mains d’une personne qui n’en a jamais utilisé en lui vendant l’idée qu’il est essentiel de l’avoir sur soi et de savoir l’utiliser pour assurer sa propre protection. 

Peu importe vos mensurations , que vous soyez femme ou homme, ces objets pourraient donner un avantage aux individus même les plus chétifs lors d'une agression. Sauf qu’il existe des centaines de ces objets sur le marché aujourd’hui et vraisemblablement trop de choix et indubitablement trop de situations différentes durant lesquels ces objets s’avèreront inutiles, en voici une liste non exhaustive  

- Taser

- Spray au poivre

- Poing américain

- Stylos tactiques

- Strike Light

 

Le fait de posséder de tels objets ne donne aucune certitude sur le fait d’assurer sa sécurité.

Il en est de ces armes comme les systèmes d’alarmes, ils sécurisent psychologiquement la personne parce que les mots utilisés pour les lui vendre ont fait mouche en nourrissant ses rêves de devenir un authentique Rambo mais en définitive le résultat est et sera toujours décevant. 

 

Pour me défendre, j’attaque ?

Dans l’évolution de ces outils de self-défense, une seule chose à changé, la technologie, qui s'est améliorée. La violence elle, est restée la même. 

Les règles de la légitime défense supposent que ces armes soient destinés à être utilisées en deuxième temps d’une agression. 

Ce qui voudrait dire qu’il faudrait au préalable : 

- être agressé avant de pouvoir s’en servir ;

- que son utilisation soit proportionnelle à l’agression ;

- que cela soit impérativement nécessaire de s’en servir ;

- d’avoir le temps de s’en servir ;

- d’être capable techniquement ET psychologiquement de s’en servir.

 

 

Que veut dire « être capable de s’en servir » alors que la plupart de ces objets nécessitent peu ou pas de formation particulière pour être utilisés efficacement ?

- À quel moment, vais-je vraiment prendre la décision d’utiliser une bombe lacrymogène ? Souvent le plus tard possible, souvent trop tard.

- Est-il possible d’avoir le temps de sortir cette bombe alors qu’elle est rangée au fond du sac depuis des mois ?

- Lors d’un « arrachage de sac » et d’une résistance de la victime qui reste accrochée à son sac et vu que la bombe est au fond du sac, a quoi sert elle

- Lors d’un car-jacking, est ce que la matraque télescopique qui se trouve dans la portière va être d’une grande utilité ?                                                                                                                            

Que cela soit pour des professionnels qui exercent un métier, une profession donnée et qui ont les qualités et l'habileté requises pour les exercer ou dans les sports de combat, si celui qui tient l’objet ne sait pas s’en servir et n’est pas entraîné, il ne lui sera d’aucune utilité , mais au delà même de la technique va t’il avoir la volonté de s’en servir ….le premier

Objet de self-défense pour se rassurer

Dans son for intérieur, le comportement à l’achat d’une personne concernant ce type de produit a pour objectif de le rassurer en pensant qu’elle dispose des mêmes armes que son agresseur potentiel, une seule chose lui est inconnue, la volonté de s’en servir en premier si nécessaire. 

Sa réflexion est d’ailleurs souvent plutôt celle-ci: 

Dans le meilleur des cas je m’en servirai pour le menacer et le dissuader.

Sans avoir besoin de déployer toutes nos sources pour affirmer le contraire, il semblerait que face à un agresseur «simplement» alcoolisé et déterminé, la menace ne sera qu'une surenchère à la violence.

Nous pouvons en conclure que ces armes ne répondront pas à la peur d’être blessé ou tué mais juste à la crainte d’être menacé et leur efficacité sera inversement proportionnelle à la volonté de s’en servir.

Car de deux choses l’une, soit vous possédez une de ces armes de défense et vous vous en servez en prenant l’offensive face à votre agresseur soit vous ne faites que riposter à une agression, et encore à condition qu’elle soit prévisible. Mais alors dans la plupart des cas cela risque d’être trop tard s’il touche une partie vitale de votre corps, et c’est alors là qu’intervient le bouclier, la partie défensive connue depuis que l’homme est homme et se bat contre son pareil en ayant la nécessité de protéger son corps.  

En conclusion bien sûr la plupart de ces objets de self-défense peuvent être utilisables par tout un chacun, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont véritablement utiles… 

Si vous n’avez pas la volonté de vous battre ou si vous doutez de votre volonté, car après tout, nul n’est sensé être un combattant hors pair, ne perdez pas de vue que votre défense sera toujours mieux assurée si vous avez AUSSI un bouclier.

Un simple tableau résumant quelles sont vos options devrait vous permettre d’avoir mieux conscience du choix que vous pouvez opérer en fonction de vos possibilités réelles.

 

LG / tp 

" LG : Les textes signés LG présents sur ce lien de site appartiennent exclusivement à l'auteur (www.kragma.org) aux termes des articles L111-1 et L112-1 du code de la propriété intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdit sans autorisation du titulaire des droits.

Sources 

 

(1) La légitime défense. Vanessa Codaccioni. CNRS EDITIONS

(2) https://www.cnrtl.fr/definition/professionnel


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés