Attaque au couteau : des solutions ?

agression, armeblanche, attaque, coupure, couteau, dyneema, kevlar, spectra, sweat, vêtement -

Attaque au couteau : des solutions ?

Des solutions réalistes de self-défense ?

Concernant les attaques au couteau, des solutions efficaces et réalistes existent t'elles vraiment ? Si oui sont elles d'ordres politiques, personnels ? Ou s’intègrent elles dans un ensemble de sensibilisation étatique, formation et protection personnelle ? Si ce n’est pas le cas, de ce fait, ne nous vend on pas des solutions de self-défense ou d’auto-défense miracles, totalement illusoires ? Beaucoup de questions se posent, car justement, les réponses se doivent d'être obligatoirement multifactorielles et pluridisciplinaire.

Force est de constater que l’hominidé à inventé l’outil qui s’est retourné contre lui. Un des plus anciens couteaux en silex découvert à ce jour dans le complexe archéologique d’Atapuerca (Espagne) en 2013 à été fabriqué il y a 1,4 millions d'années (1). Plus récemment, en 2017 (2), un des plus anciens couteaux pliants connu à été découvert à Hallstatt, un village autrichien. Ce couteau pliant date d’environ 500 à 600 ans avant JC. À quel moment exactement l'homme a-t-il décidé de prendre une lame, de couper la soie, de percer un trou pour un axe de pivot et de le placer dans un manche afin de pouvoir le replier sur lui-même et donc être transporté dans la poche en toute sécurité ? Dans tous les cas, ce degré technique était maîtrisé il y a 2600 ans. L'utilisation première était-elle celle d'un outil ou d'une arme ? Cela restera également des hypothèses archéologiques.

Le couteau, l’histoire et la législation

Cet objet accompagne l’être humain depuis des millénaires. Il lui aura aussi bien permis de survivre, de créer, que d’apporter la désolation. Est ce un bien ou un mal, tel n’est pas le sujet. Quoi qu’il en soit dans l’histoire de leur pays et de leur culture, les états ou les gouvernants ont tous à leur manière, tenter de légiférer le port et le transport de cet objet. À certaines époques avec plus ou moins de répression, certains, ce sont même attaché à désarmer la population (3).

Voici une liste non-exhaustive de tentative de législation au fil de l’histoire humaine dans différents pays :

- Royaume-Uni
Il est interdit de porter un couteau en public sans raison valable, à moins que sa lame ne soit rabattue et que son tranchant ne dépasse pas 7 centimètres. Certaines zones ne sont pas autorisées, comme les stades de football, les bars, les clubs, les centres-villes et autres lieux très fréquentés.
- Écosse.
En Écosse, les mineurs de 16 à 18 ans sont autorisés à acheter des couverts et des couteaux de cuisine.
- Autriche
La loi autrichienne sur les armes définit les armes comme : "des objets qui, de par leur nature même, sont destinés à réduire ou à éliminer la capacité de défense d'une personne par un impact direct". Par conséquent, certains couteaux sont considérés comme des armes conformément à cette définition. Toutefois, à l'exception des armes à feu, y compris les couteaux à lame automatique, les couteaux automatiques... Sont implicitement autorisées et peuvent être achetés, possédés et portés par toute personne âgée de plus de 18 ans. Si la personne n'a pas été expressément interdite de possession d’une arme par les autorités civiles.
- Bulgarie
En Bulgarie, il est légal de posséder et de porter un couteau dissimulé, n'importe où et n'importe quand sans avoir à se justifier.
- République Tchèque
Il n’y a aucune restriction sur la possession ou le port de tout type de couteau, que ce soit ouvertement ou de manière dissimulée.
- France
Tout couteau de n'importe quelle longueur avec une lame fixe ou pliante avec un système de verrouillage tombe dans l'arme de catégorie D non réglementé. Les armes de catégorie D non réglementé peuvent être achetées légalement en ayant plus de 18 ans, mais elles ne peuvent pas être portées sur soi, sauf si elles sont portées "pour un motif valable", par exemple dans le cadre des outils d’une profession. Nous possédons une des législations les plus strictes et des plus vagues à la fois. Ce qui laisse une marge d’interprétation toujours favorable à la sanction judiciaire, si besoin est.
- Danemark
Il est légal de posséder des couteaux à lame fixe si la longueur de la lame ne dépasse pas 12 cm . Les lames de cette longueur ne peuvent appartenir légalement que si le possesseur a un motif légitime de porter le couteau ou un permis spécial de collectionneur. Cependant, ces couteaux sont toujours généralement illégaux à porter en public, que ce soit sur leur personne ou dans un véhicule.

Ces législations géographiques sont diverses et peuvent totalement s’opposer. Que résulte-t-il vraiment de leur efficacité ? Dans le rapport de l'UNODC (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime) (4) sur les « Mécanismes d'homicide et facilitateurs » (armes à feu, couteau…) :
- en Europe dans le processus menant à la commission d'un homicide les armes blanches représentent 33 % et sont plus utilisés que les armes à feu ;
- dans le monde dans le processus menant à la commission d'un homicide les armes blanches représentent 24 % et sont moins utilisés que les armes à feu.

Efficace ?

Prévention, formation et protection

Sans aucun partie pris et avec pour unique objectif scientifique, la recherche de solutions. Israël est le triste exemple de l'horrible « efficacité » de l’utilisation de cet objet. Depuis la mi-septembre 2015 (5) :
- 85 personnes ont été tuées ;
- 209 attaques par arme blanche ;
- 157 tentatives d'assassinat par arme blanche ;

Les solutions ne pourront être qu’individuelles ET collectives. Depuis de nombreuses années les populations ont délégué leur protection personnel à l’état (3). En bien ou en mal cet état de fait nous aura poussé culturellement à ne plus être prêt si un/le danger surgit. C’est déjà sûrement en commençant à aborder cette prise de conscience que la prévention pourrait naître et se faire. De là à transformer et vouloir former sa population il y a un pas qu’il ne veulent pas franchir... Mais est ce qu’apprendre les rudiments des tactiques de survie ancestrales face à un couteau, ne pourrait pas culturellement entrer dans cette capacité à se protéger. Comment se fait il que dans de très nombreux pays du monde entier, les sports de combat sont des institutions (apprises dès l’école pour certains) ? Il semblerait que la nécessité se mélange avec la culture sans aucune difficulté.

La protection face à cet objet redoutable (vitesse et imprévisibilité) requiert une attention toute particulière au vu des énormes progrès qui ont été faites. L’utilisation de protection du cou anti-agression au couteau  pour tous les portiers de discothèques serait déjà une grande avancé pour assurer la sécurité de ces citoyens extrêmement exposés par leur activité professionnelle. La dotation obligatoire pour la majorité des forces de l’ordre de gants de défense anti-agression pare couteaux lors de leurs interventions. Et pour les policiers en civil ou tous citoyens qui pourraient se sentir exposés, des sweat-shirts kevlar avec capuche de protection sont maintenant disponibles 

Attaque au couteau et self-défense

Une des premières solutions serait de faire une vrai et grande analyse de ce qui est transmis en self-défense contre une attaque au couteau. Pourquoi une vraie ? Car à ce jour il n’y a globalement pas de consensus, chacun restant campé sur ses positions et sur ses croyances. Certaines disciplines abordent cette capacité à survivre uniquement comme un des éléments de leur système ou art martial. D’autres n’abordent que l’angle biomécanique et ne prennent absolument pas en compte les contraintes physiologiques et comportementales. Quant à certaines, elles restent dogmatiquement ancrées dans tes temps immémoriaux, ou le type d’entraînement n’a strictement plus de lien avec les contraintes environnementales et sont déconnectés avec la réalité.

Les maîtres d’armes au couteau européen (particulièrement l’Italie) existent depuis le XVIIIe siècle. L'empirisme considère que la connaissance se fonde sur l'accumulation d'observations et de faits mesurables, dont on peut extraire des lois générales. Remplis de cette sagesse empirique et de pragmatisme, ces maîtres ont essayé et expérimenté tout ce qui était réellement réalisable pour survivre face à une attaque au couteau. Connaissances et transmission qui se sont effectuées principalement par transmission orale et dans des écoles uniquement dédiées à cet art. Pour le bien commun, il serait peut être temps de faire preuve d’humilité et de faire taire toute les inimitiés.

Sources

(1) https://www.ibtimes.com/14-million-year-old-knife-discovered-spain-flint-oldest-piece-evidence-hominids-lived-atapuerca
(2) https://www.oldetownecutlery.com/2017/11/03/worlds-oldest-known-folding-knife/
(3) Elsa Dorlin. Se défendre : une philosophie de la violence, Paris, La Découverte, 2017
(4) http://www.unodc.org/gsh/en/homicide-mechanisms.html
(5) https://mfa.gov.il/MFA/ForeignPolicy/Terrorism/Palestinian/Pages/Wave-of-terror-October-2015.aspx
LG
Les textes signés LG présents sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (www.kragma.org) aux termes des articles L111-1 et L112-1 du code de la propriété intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdit sans autorisation du titulaire des droits. 




1 commentaire

  • Paul

    Merci pour cet instructif texte , je ne me doutais pas que le comportement dépassait l’expérience au moment du danger, a quoi servent alors lacrymos ou matraque puisqu’on aura pas le temps de les dégainer ?

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés